Enfance et adolescence

Comprendre les enjeux des nouvelles politiques de la protection de l’enfance

La loi relative à la protection de l’enfant du 14 mars 2016 et l’appropriation de ses décrets introduit une nouvelle forme de gouvernance nationale et locale dans les associations dont les missions sont d’œuvrer à la mise en place de mesures administratives et judiciaires mieux ajustées.
Cette loi suppose également de veiller à des attitudes éducatives et organisationnelles plus attentives aux besoins des jeunes, à respecter leurs droits, ceux de leurs parents et à soutenir une professionnalité garantissant des parcours personnalisés sur un territoire donné.

Télécharger (pdf - 657,2 kB)

Les enjeux de la loi du 14 mars 2016

L’objectif global de cette action est de mieux faire connaitre aux professionnels des établissements et services de la protection de l’enfance les enjeux de la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant. Cette action de formation est proposée « en intra » pour une appropriation par les équipes du contenu des décrets d’application, des attendus, et des orientations de la mission en protection de l’enfance et de ses incidences dans les changements attendus au plan des pratiques professionnelles et organisationnelles. 

Télécharger (pdf - 563,3 kB)

L’évaluation participative des situations en protection de l’enfance

La loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant centre le regard sur les besoins de l’enfant, la sécurisation de son parcours et sur l’évaluation.
Le référentiel d’évaluation participative en protection de l’enfance, élaboré par le CREAI Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre d’un programme de recherche soutenu par l’ONPE répond à l’enjeu d’une évaluation rigoureuse de l’évaluation initiale à l’évaluation en cours d’accompagnement centrée sur les besoins de l’enfant et sur l’observation de son développement.

Télécharger (pdf - 583,7 kB)

La santé des enfants confiés au titre de la protection de l’enfance

Si la situation d’un enfant/jeune en danger ou en risque de danger justifie la mise en place d’une mesure de protection, qu’en est-il de la santé et du développement de l’enfant et du jeune, de l’accès aux soins dans le projet d’accompagnement ?
Cette préoccupation, réaffirmée par la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant encourage à conforter les pratiques des professionnels dans ce domaine.

Télécharger (pdf - 488,7 kB)

Adolescence, sexualité en institution sociale ou médico-sociale (en partenariat avec la PES)

Les questions d’intimité, de sexuation, de genre dans les prises en charge d’internat, à l’occasion de mesures de placement supposent d’avoir des professionnels au minimum informés, au mieux formés, sur la sexualité humaine, au-delà des connaissances personnelles et médiatiques de tout un chacun.
L’éducation à la sexualité est un des champs qui permet aux professionnels de la protection de l’enfance d’avoir des repères légaux, éthiques et pratiques pour faire face aux aspects intimes, relationnels et judiciaires des enfants et adolescents confrontés aux questions de sexualité.

Télécharger (pdf - 618,2 kB)

Les adolescents à difficultés multiples, dits «incasables»

Les enfants, adolescents et jeunes adultes ayant fait l’objet de placements souvent multiples et pour lesquels les solutions institutionnelles sont inadaptées ou inopérantes, sont souvent qualifiés de manière abusive d’« Incasables » ou de « cas lourds ». L’«incasabilité» reste une énigme tant elle est souvent le signe d’une « souffrance maltraitée ».
Or c’est non seulement la complexité de leurs situations, aux frontières de la déliaison et de formes contemporaines de souffrance, mais aussi l’organisation institutionnelle autour de ces jeunes, qui provoquent ces difficultés.
D’enfants considérés comme « en danger »
au début de leurs parcours de vie, ils deviennent des adolescents ou des jeunes adultes « dangereux ».

Télécharger (pdf - 450,7 kB)

Faire face aux situations de violence en protection de l’enfance

Dans les établissements et services du secteur, se consolide l’idée que les agirs violents des adolescents en direction d’eux-mêmes, des professionnels ou entre pairs augmentent. Cette perception, même si elle ne peut pas toujours être objectivée et quantifiée, est due à plusieurs facteurs qu’il s’agit de bien identifier pour adapter les pratiques aux situations de violence rencontrées. 

Télécharger (pdf - 573,1 kB)